N'gaoundéré

 

Ngaoundéré est une ville du Cameroun, chef-lieu de la région de l'Adamaoua. La ville se situé au nord de la région sur le plateau de l'Adamaoua. C'est un carrefour important du commerce régional puisque c'est un passage obligé du transport routier entre les villes du sud du pays et les villes du nord. Le chemin de fer provenant de Douala se termine dans cette ville. La ville se démarque par un mont sur lequel est assis un rocher arrondi. Ce qui fait dire aux gens que Ngaoundéré est le nombril de l'Adamaoua.mt-ngaoundere-mnist-tourisme-loisir.jpglhotel-de-ville-de-ngaoundere.jpgDepuis le 17 janvier 2008 il a été créé une communauté urbaine à Ngaoundéré.nfluences foulbé, allemande et française [modifier] Vue de Ngaoundéré au crépuscule, avec le Mont Ngaoundéré au loin Vue de Ngaoundéré au crépuscule, avec le Mont Ngaoundéré au loin Les Foulbés (groupe régional des Peuls) sont le groupe ethnique le plus important, ayant comme langue le Fulfuldé (prononcé en français foulfouldé). La langue française domine comme langue d'enseignement dans les écoles. Il y existe encore quelque bâtiments anciens témoins du colonialisme allemand et de la présence française. Climat [modifier] Le climat est presque tempéré puisque cette zone de savane arborée est située en hauteur. Les variations de température sont plutôt importantes en saison sèche. Université [modifier] L'université de Ngaoundéré a été créée en 1993 dans le cadre de la réforme universitaire. On comptait en 2007 environ 12000 étudiants. C'est l'université la plus éloignée de Yaoundé, et elle souffre de cet état de fait, notamment au niveau des infrastructures et du matériel puisqu'elle a une biblothèque très peu fournie. Pour y remédier, les facultés s'organisent elles-mêmes, à l'instar du décanat de Droit qui est en train de monter un Centre de documentation destiné aux étudiants de second cycle. Aéroport [modifier] L'aéroport, a vocation régionale, accueille des avions moyens courriers comme les Boeing 737.

432182-230873457007855-156140667814468-442012-702538091-n.jpgLe bétail y transite pour accommoder les commercants et les éleveurs qui y pratiquent une semi-transhumance. Le bétail quitte en bonne partie les hauteurs de l'Adamaoua en saison sèche pour rejoindre les basses terres. L'industrie laitière se développe en grande partie grâce à un projet établi avec le Canada en 1993. Jusque dans les années 80-90 le zébu Gudali est majoritairement l'espèce bovine qui prédomine ce secteur. Ceci aura pour effet de caractérisé cette race de zébu par rapport à d'autre. La frontière naturelle de la falaise au nord de L'Adamaoua aura presque empêcher la venue du Nord par transhumance des zébus White Fulani et Red Fulani. Industrie [modifier] L'industrie Maïscam (huile de maïs) y est prospère. Archéologie [modifier] Les environs de Ngaoundéré sont riches en sites archéologique certainement témoins d'une occupation précédant la conquête de l'Islam ou plus récemment d'avant la conquête coloniale. mosque-aladji-garou.jpgIls existent plusieurs endroits qui n'ont pas fait l'objet de fouilles archéologiques proprement dites mais qui dévoilent au passant, souvent des touristes des fragments de poteries à la surface du sol ou des monticules vestiges de fossés de protection contre les hippopotames la nuit. Le site de Mabimi(qui veut dire, en langue locale, "lac des hippopotames") n'a jamais à ce jour fait l'objet de fouilles archéologiques mais on aperçoit à la surface du sol plusieurs sites de fourneaux laissant envisager une période d'occupation où la fonte du métal était une occupation importante du secteur. S'il semble aujourd'hui sans grande importance, il n'en est pas moins l'endroit le plus riche en matière d'archéométallurgie que l'on peut trouver sur le plateau de l'Adamaoua[1]. Le site à la limite nord de la ferme-modèle du Projet Laitier Pilote est témoin d'une occcupation antique simplement par les fragments qu'il dévoile au passant.

Le Lamidat de Ngaoundéré qui est gouverné par un Lamidot qui est à la fois chef traditionnel et réligieux,fait la fièrté de toute la civilisation sahélienne et le reste des civilisations du pays tout entier.Des centaines des milliers des tourismes se déplacent chaque année pour venir découvrir la fantasia du lamido et le reste des merveilles attractions touristiques de la région.lamidat-ngaoundere.jpg

L'on ne peut pas parler de Ngaoundéré,sans toute fois parler du milliardaire Aladji Abbo et de son Chateau paradisiaque qui fait aussi un site touristique incontournable.On dit merci A.M.A.O!

aladji-abbo.jpg

Nous remerçions aussi notre ami Mohamadou Bassirou(M.B.Bachir) qui s'impose dans la liste des personnes qui aiment la région de l'Adamaou et N'Gaoundéré en particulier avec ses oeuvres de promotion sur la publicité sur internet de tourisme et de la culture de la même région.Chapeau M.B BACHIR!

mbbachir.jpg

 

20 votes. Moyenne 3.00 sur 5.

Date de dernière mise à jour : 08/08/2013